SOLITUDE


 
" Elle est belle, apprêtée, comme dans l’attente d’un événement, d’un rendez-vous inespéré, de quelqu’un pour l’honorer.
Si elle s’est pourtant fardée, soignée, elle a troqué son teint habituellement rosé contre une insipide teinte cadavérique.
Vidée de son sang, lequel devient fond et s’y confond en un décor Stendhalien mêlé au sombre de son ombre incertaine.
Ce faisant elle s’inscrit entre deux états, la vie et la mort.
Elle est à ce point désespérée qu’elle ne sait plus se situer entre ces deux mondes.
Ses yeux et la profondeur de son regard, ses lèvres charnues et délicieusement provocantes, tel un fruit succulent voulu dévoré, bouche attirante comme un leur, appel au baiser, au plaisir d’un accouplement démesuré, à rendre à cette femme au corps tronqué, essence, vie, futur.
Crâne rasé comme la marque d’un péché, comme ces femmes en nos contrées il y a encore peu châtiées, pour avoir été supposée avec “l’ennemi” couchées. 
Marque de honte, dénuée de crinière volupté, spoliée de féminité. Miroir, mon beau miroir, dis moi si je serais un jour aimée, si je serais ailée, pour qu’a l’issue de mon envol, porter espoir d’éternité."
                                              
MARC RAFFRAY
acteur



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement